Logo

Où souhaitez-vous
partager cette page?

Bannière

Le visiteur du soir en mosaïculture 2D

Partager la page
L'art de la mosaïculture

16 juin 2021

Le visiteur du soir

Cette année, la mosaïculture 2D est une représentation de l’œuvre Le visiteur du soir réalisée en 1956 par Jean Paul Lemieux. Cette huile sur toile fait partie de la collection du Musée des beaux-arts du Canada à Ottawa. Pour visualiser l'œuvre originale :

cliquez ici.

Fiche technique

CRÉATEURS : Équipe des jardins de la Maison Antoine-Lacombe

ANNÉE D’INSTALLATION : depuis 2006

TYPE D’ŒUVRE : mosaïculture 2D

DIMENSIONS : 8’ x 20’

Historique

L’apparition des parterres fleuris en mosaïculture remonte au XVIe et XVIIe siècle en Europe. Leur création est influencée par les parterres de broderie composés de buis taillés formant des motifs ; que l’on retrouve dans les jardins français à proximité des châteaux.

Les années 2004-2005 marquent la construction des jardins français de la Maison Antoine-Lacombe. Dès 2006, l’art de la mosaïculture y est représenté. Il s’agit d’une méthode qui utilise des plantes vivantes pour la réalisation de créations.

Le motif de la mosaïculture de Maison et jardins Antoine-Lacombe est conçu et réalisé par l’équipe des jardins et change annuellement. À l’origine, la mosaïculture tridimensionnelle en forme de colibri était jumelée à la mosaïculture bidimensionnelle. En 2011, le colibri a été déplacé et se trouve désormais dans le jardin romantique.

Quelques chiffres

Surface de plantation : 160pi²

Nombre de plants : environ 3000

Liste des végétaux

Voici les différents végétaux utilisés pour l’année 2021 :

L’artiste

« Peintre, illustrateur, professeur et critique d’art, Jean Paul Lemieux (1904-1990) est une figure centrale de la modernité canadienne. Sa peinture marque la grande aventure de la figuration au vingtième siècle. (…) Né à Québec, Lemieux décide de pratiquer et d’enseigner dans sa ville natale. C’est là que son art et sa pensée rayonneront pendant plus d’un demi-siècle. » https://www.aci-iac.ca/fr/livres-dart/jean-paul-lemieux/biographie

L’œuvre

En 1956, Jean Paul Lemieux réalise l’œuvre Le visiteur du soir au retour d’un séjour en France qui remet en question sa vision du paysage. 

« À partir de 1956 (…) je ne vois plus les choses de la même façon. Une vision totalement différente se développe, une vision surtout horizontale, que je n’avais jamais sentie auparavant. Je n’avais jamais remarqué jusque-là combien notre pays est horizontal. Et il a fallu m’en éloigner pour m’en rendre compte. C’est bien vrai que c’est ailleurs qu’on se découvre… » Jean Paul Lemieux, cité dans Guy Robert, Lemieux, Montréal, Stanké, 1975, p. 111. 72. https://www.aci-iac.ca/fr/livres-dart/jean-paul-lemieux/oeuvres-phares/le-visiteur-du-soir

Le choix du motif

Maison et jardins Antoine Lacombe est un organisme qui a comme mandat la diffusion de l’art et de la culture. La maison et ses jardins sont intimement liés, complémentaires et de même nature tout en offrant des expériences distinctes. Parce qu’on peint souvent des paysages, pourquoi ne pas représenter la peinture avec les végétaux? La représentation d’une toile d’un artiste reconnu par ses pairs est un clin d’œil à la maison reconnue pour sa valeur patrimoniale.

Les contraintes techniques comme le format paysage de l’œuvre, le rapport d’échelle, la complexité de réalisation et d’entretien de la représentation choisie sont tous des facteurs décisifs dans le choix de l’œuvre.

La peinture intitulée Le visiteur du soir réalisée par le peintre québécois

Jean Paul Lemieux répond à un ensemble de facteurs techniques qui font d’elle une candidate de choix. Son caractère minimaliste, la simplicité du paysage, l’horizon, les teintes de gris sont autant de beaux défis à réaliser en mosaïque.

Mathieu Pelletier, horticulteur en chef a été personnellement touché par cette toile : « Arriver à transmettre l’esprit de la toile, l’ambiance lourde et angoissante, la solitude et l’immensité de l’espace, l’imposante posture d’un homme inébranlable est un défi de taille (dans les différents sens du terme puisque que l’on retrouvera aussi ce défi dans la taille des végétaux!). Finalement, dans le contexte pandémique que nous vivons, cette œuvre est tout à fait à propos d’autant plus qu’elle est constituée principalement de plantes à la texture et aux couleurs douces, rafraichissantes et lumineuses. Un vaste paysage n’est-il pas un lieu pour regarder au loin et se recueillir devant l’immensité de l’espace et du temps? Il me semble que la couleur des végétaux sera une grande bouffée de fraicheur au cœur d’un été chaud ! »

Technique de plantation

Il existe plusieurs méthodes pour réaliser la transposition d’une image en motif végétal dans un parterre. Nous optons pour quadriller le parterre à chaque pied linéaire à l’horizontale et à la verticale à l’aide de petits morceaux de bambous et de cordes.  Nous quadrillons le dessin de la même manière afin d’augmenter les repères lors du traçage au sol.

Cela dit, ce type de culture très compact favorise l’implantation de champignons. Il faut donc être très vigilant dans la gestion de nos méthodes de travail, de l’irrigation et de l’entretien de nos outils de taille.

Nous utilisons des plants de petit calibre. Ils sont plantés relativement proches les uns des autres pour obtenir le résultat escompté. Dans 1pi² nous plantons entre 24 et 28 plantes, comme pour la mosaïque 3D.

Les plants sont taillés en moyenne tous les 10 jours. Il faut toutefois prendre en compte la température afin d’ajuster l’arrosage, la fertilisation et la taille.

Évolution de la mosaïculture de 2005 à nos jours